mardi 22 juillet 2014

4

J'avais fini par montrer Les Conversations à qui de droit.  Le libraire n'avait pas semblé surpris.  Il avait saisi l'ouvrage avec précaution et  avait examiné attentivement la couverture de cuir rouge :
- Alors vous connaissez André ?
- Le taxidermiste? Oui, je l'ai rencontré.
Merde ! Bien sûr que j'avais connu  Legoff.  L'ancien libraire dont m'avait parlé mon employeur, fut jadis presque un ami. Comment n'y avais-je pas pensé plus tôt. L'effet des fameuses pilules de Staboulov ?
Je décidai de jouer au chat et à la souris :
- Pourquoi me demandez-vous ça ?
- Voyez-vous, cette couverture a été faite par Legoff, ça ne fait aucun doute. Du cuir de russie..
Il eut un petit rire
-... du Kremlin-Bicêtre sans doute. Le titre a été gravé à la main. Les caractères gothiques sont très difficiles à exécuter sur du cuir. C'est du très beau travail .
Il le feuilleta. 
- Cela ressemble à un des ces luxueux livres d'or dont on se serait servi comme cahier d'écriture. Conversations entre gens de bonne compagnie... Le titre est bien trouvé...L'écriture est belle. C'est un manuscrit original ?
- Oui. Il m'a été donné par l'auteur en personne. Un américain : Jack Rimasky.
- Connais pas
- Vous ne connaissez pas Jack Rimasky ?
- Non. Enfin je ne connais pas d'autre Jack Rimasky que vous.
- Moi ?
Le libraire me regarda, se demandant apparemment si je ne me moquais pas de lui. Il me rendit le cahier.
- Et bien prenez en soin ! On ne sait jamais, si votre Monsieur Rimasky devenait célèbre, peut-être ce manuscrit pourrait prendre de la valeur.
Il m'observait à présent avec inquiétude.
-  Vous devriez vous méfier des petites pilules du professeur Staboulov. Raoul m'en a parlé.
Staboulov. Ici comme ailleurs, il semblait avoir le mauvais rôle. Mais qui était le metteur en scène?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire